Un peu de planétologie… Basculement de la planète Mars

Il y a 3 à 3,5 milliards d’années, la croûte de la planète Mars a basculé sous l’effet de volcans en éruption durant des centaines de millions d’années.

Le nouveau visage de la planète Mars primitive © Didier Florentz

Le nouveau visage de la planète Mars primitive © Didier Florentz

Le dôme de Tharsis sur la planète Mars est l’une des formations géologiques les plus impressionnantes du système solaire. Elle s’étend aujourd’hui sur un plateau de 5000 km de diamètre, d’environ 12 km d’épaisseur et abrite quatre imposants volcans dont le mont Olympe qui culmine à 21 km au-dessus du niveau de référence martien. La formation de cette zone, qui a débuté voici 3,7 milliards d’années, a profondément modifié l’aspect de Mars : c’est ce que révèle une étude publiée dans la revue Nature par une équipe française du CNRS avec la collaboration d’un chercheur de l’Université D’Arizona.

Un basculement de 20 à 25 degrés

Sous le poids de la lave et des scories rejetés par les volcans de Tharsis (environ 1 milliard de milliards de tonnes !), le manteau et la croûte de Mars ont littéralement basculé autour de son noyau. “Un peu comme si on faisait tourner la chair d’un abricot autour de son noyau” compare Sylvain Bouley de l’Université de Paris-Sud. Ce basculement s’est produit il y a 3 à 3,5 milliards d’années et a profondément modifié la surface martienne. La planète Rouge, qui s’est formée comme le reste des astres du système solaire il y a environ 4,5 milliards d’années, offrait durant le premier milliard d’années de sa vie un paysage très différent de celui qu’elle affiche aujourd’hui.

Le nouveau visage de la planète Mars primitive © Didier Florentz

Le nouveau visage de la planète Mars primitive © Didier Florentz

POLES. Selon les modélisations réalisées par Sylvain Boulay et ses collègues, la surface martienne a basculé de 20 à 25° sous l’effet de la masse du dôme de Tharsis, amenant celui-ci à sa position actuelle, pratiquement sur l’équateur. Avant cette rotation, Mars tournait autour de deux pôles décalés d’une vingtaine de degrés par rapport aux pôles actuels. Une hypothèse qui explique la présence de traces de glaciers et de glace souterraine loin des points froids d’aujourd’hui mais à l’emplacement qu’ils occupaient avant le grand basculement. Ci-dessous, l’aspect de la planète Mars pendant le premier milliard d’années de son existence :

 

La topographie de Mars avant le basculement permet également d’étudier le climat primitif de la planète. Pendant un milliard d’années, la planète Rouge a eu un climat froid et une atmosphère plus dense qu’aujourd’hui, avec une accumulation de glace dans les régions qui correspondent aux sources des rivières aujourd’hui à sec. Ces rivières ont commencé à s’assécher avant le basculement de la croûte. La période où l’eau liquide coulait sur Mars a donc dû s’étendre entre 4 et 3,5 milliards d’années en arrière, soit beaucoup plus précocement qu’imaginé jusqu’ici. Une information précieuse pour les astronomes et les ingénieurs qui préparent les prochaines missions martiennes dont l’objectif principal est de découvrir des traces de vie passée.

source : Sciences et Avenir, 06/03/2016